Saison
Sensate Fucking
05/2/2016 20:00
Théâtre Cité Bleue Genève _ Avenue Miremont 46, 1206 Genève (Bus 3 et 21 arrêt Crêts de Champel)

Vortex ouvre sa saison avec un spectacle riche en images et chargé d’ironie. Vidéo, danse, captation gestuelle, lumières synchronisées, performance, scénographie, électronique s’y associent à la musique. Axé sur la création multimedia, ce concert en quatre phase dévoile des regards critiques sur la soumission de notre société au discours et aux protocoles scientifiques, sur ses applications technologiques dans la vie quotidienne: image manipulée, controling généralisé, déshumanisation progessive et sournoise du sujet.

Bongcam, Erick (Colombie)
« Intralux-π-xel » (2013-2015)/CM
Mélodrame multimédia pour Clarinette en sib, guitare électrique, deux danseurs, vidéo et électronique en temps réel. (25’)

Intralux-π-xel, s’inspire des séjours cauchemardesques à l’hôpital afin de mettre en scène une puissante critique du système de santé et de toute la société contemporaine. La performance, la danse, la musique, la mise en scène et la vidéo convergent dans ce spectacle. Une piqûre dans les artères d’une société en roler-blades, qui banalise la souffrance humaine.

Avec Fabio Bergamaschi et Mariano Capona, danseurs et Alejandro Arango, vidéo.

http://www.erickbongcam.com/works/intraluxpxel/
 

Schubert, Alexander (Allemagne)
« Sensate Focus » (2014)
Pour Clarinette basse, guitare électrique, violon, percussion, électronique et lumières animées. (15’)

Il y a deux idées principales derrière cette pièce.
Tout d’abord le jeux de lumières. La synchronie entre les lumières et le son, crée un jeu de perception dans lequel le focus bascule constamment entre son et image.
Cette oeuvre explore aussi la relation homme-machine.
Les musiciens, interprètes chorégraphiques, font des apparitions dans la lumière avec un jeu mécanique et répétitif. En même temps, une explosion de liberté musicale sauvage se cache dans l’obscurité.

https://youtu.be/TfxPkR0rz4A


Zea, Daniel (Colombie/Suisse)
« FFFO (The Fuck Facebook Face Orchestra) » (2014)
Pour quatre performeurs, quatre ordinateurs, quatre kinects et quatre projecteurs de vidéo. (15’)

Miroir des temps post-télévisuels. Ballade pour l’enthousiaste stupidité de la société fascinée par la technologie. Musique sans instruments. Danse absurde. Aucune relation n’est plus possible. Reste l’homme devant sa machine, fasciné et englouti dans une boucle insensée.
FFFO, part du même principe technique que Kinecticut. Une caméra infrarouge trace en continu les mouvements des performeurs. Plusieurs points dans la kinésphère de chaque danseur servent à déclencher des changements dans un univers sonore arti iel es danseurs musi iens a tivent es points ettes par leurs mouvements tout en modulant plusieurs paramètres sonores par la position de leur tête et des articulations de leur corps.

http://www.danielzea.org/works/fuck-facebook-face-orchestra/

Baba, Noriko (Japon)
« Sol-itude » (2008)
Pour violoncelle. (6’)

La compositrice japonaise Noriko Baba a un langage musical proche de la bande dessinée. Sa musique évoque une profusion d’images. Le spectateur est ainsi plongé dans un imaginaire qui lui est propre, faisant de son mentale le plateau de la mise en scène.

Partenaires & Soutiens