Johan Treichel


Johan Treichel est né en 1989 d'une mère violoniste et d'un père physicien, et a grandi près de Neuchâtel, en Suisse Romande.

En 2004, après neuf ans de préparation auprès de Béatrice Piguet et de sa mère, il entre dans la classe de piano de Catherine Courvoisier au Conservatoire de La Chaux-de-Fonds. Le haut niveau musical de cet établissement et la rencontre avec des musiciens comme Jorge Pepi, Erardo Vietti, Simon Péguiron, Sebastian Tortosa et bien d'autres contribuent très largement à sa formation. Suite à la suppression des classes professionnelles dans le haut du Canton par les politiciens neuchâtelois, il quitte sa ville pour terminer ses études dans la classe de Paul Coker, avec qui il approfondira notamment sa connaissance de Schubert, à la Haute Ecole de Musique de Genève, site de Neuchâtel. Il obtient un Diplôme de Concert en 2009. Johan a gagné quelques prix lors de concours internationaux de piano: premier prix à Racconigi en 2007, troisième prix au Concours Chopin de Rome en 2006, deux premiers prix consécutifs au Concours de Musique Contemporaine de Fribourg en 2005 et 2007 etc. Il a également obtenu quelques bourses: Fondations Miéville-Hory, Fritz Gerber, Friedl-Wald, Irène Dénéréaz, Jean Tanner et Lyra. En 2009, il fonde le Duo du Zoo avec son ami Antoine Joly, clarinettiste et poète. Depuis 2012, il a le privilège de travailler quotidiennement sur un Bösendorfer de concert.

En 2006, Johan Treichel est accepté dans la classe de composition de Michael Jarrell, à la Haute Ecole de Musique de Genève. Il y reçoit également l'enseignement d'Eric Daubresse, de Luis Naón et de Thierry Simonot. En outre, il est initié à la prise de son, à l'acoustique et à la philosophie par le professeur Jean Keraudren. Quelques années plus tard, il décide de poursuivre sa formation auprès de Marco Stroppa à la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst de Stuttgart, en Allemagne. Cette rencontre, brève mais fructueuse, lui a été très chère.

Après avoir interpété le Deuxième Concerto de Beethoven avec l'Orchestre de Chambre de Neuchâtel, il semblait se diriger vers une belle carrière. Quelques invitations ont suivi (remplacement au Festival Archipel, récital Bach au Faubourg de l'Hôpital - Neuchâtel), mais son caractère bourru fera vite des dégâts. Il a ainsi réussi à se mettre à dos les pontes de la musique contemporaine genevoise, le Département Fédéral des Affaires Militaires et presque tous les conservatoires qu'il a fréquentés. Il exerce néanmoins régulièrement au Conservatoire de Musique Neuchâtelois, où il remplace dans les classes de solfège. Il enseigne également le piano et le solfège en privé.

Cherchant à approcher la musique par tous les moyens, il est intervenu comme flûtiste éphémère au Festival des Amplitudes de La Chaux-de-Fonds, comme hautboïste amateur dans divers projets et comme percussioniste remplaçant au sein de l'Orchestre des Hautes Ecoles de Musique de Neuchâtel, Lausanne et Fribourg. Son appartement de La Chaux-de-Fonds (Montagnes du Canton de Neuchâtel) lui sert de repère pour ses diverses recherches sonores; il y vit avec une perle rare, la violoniste lyonnaise Jeanne-Lise Treichel.

Johan Treichel a collaboré avec des formations et des musiciens tels l'Ensemble Intercomunicazione, dont il est co-fondateur, le Nouvel Ensemble Contemporain, Le Balcon (CNSM de Paris), le Carpe Dièse Trio, l'Ensemble Vortex de Genève, l'Ensemble Symphonique de Neuchâtel, le Quatuor Fratres, Daniel Zea, Diana Gouglina, Anne Schmid, Jean-François Lehmann etc. Sa musique, qui a voyagé à travers l'Europe et l'Amérique Latine, a bénéficié du soutien de la Fondation Nicati-de-Luze.