Amas
électronique , guitare , hautbois , percussion , violon
durée: 15:00
2012

Cette nouvelle pièce est la troisième d'un cycle dans lequel j'utilise la captation du geste instrumental comme élément de création et de contrôle des paramètres de l'électronique en temps réel.

ans ce projet en particulier, l'utilisation de la captation a comme finalité la réalisation d'une électronique synchrone à la partie instrumentale ainsi que la génération d'une musique électroacoustique faite entièrement à partir des gestes instrumentaux.

es capteurs (des accéléromètres et gyroscopes) sont placés sur les mains du guitariste et du percussionniste ainsi que sur les archets du violon et de la contrebasse.

ette interaction permet de jouer avec la gestualité des instrumentistes donnant lieu à une dialectique entre le jeu traditionnel des instruments et un jeu de gestes.

ne forme de réseau est ainsi créée: la captation gestuelle d'un ou plusieurs instruments peut transformer le son des autres instruments, par exemple, les gestes des mouvements des mains du percussionniste influencent les traitements sur le hautbois.

e parcours et l'articulation de la pièce sont donnés par un voyage dans un espace multidimensionnel dans lequel des mouvements fluides laissent la place aux moments statiques, les rythmes mécaniques se transforment en chaotiques, les collisions-percussions virent en couleurs harmoniques déterminées par la synthèse du son. Ces passages, à la fois graduels et brusques, entre les différents états, donnent le rythme et l'énergie à la composition.

e hautbois, seul instrument à ne pas avoir de capteurs, est l'instrument «soliste», conducteur et constructeur du déroulement de ce voyage, c'est la «conscience» qui découvre et réagit en fonction des dimensions et espaces dans lesquels elle se trouve. Les autres instruments orbitant autour et interagissent entre eux et avec «le soliste» comme dans un système et réseau organique.

José Miguel Fernández

Loading player