Rico Rimac
bande magnétique
durée: 16:30
2008
Interprètes
Daniel Zea

Ces pièces appartiennent à un disque que j'ai publié en 2006 intitulé "Rico Rimac".

Pendant la période de création de ces oeuvres j'ai me suis beaucoup rappelé de mon séjour dans la jungle de Yarimaguas (Pérou). J'ai trouvé des relations entre cette expérience et ma quotidienneté dans le Rimac (quartier pauvre et populaire de Lima ou j'habite).

Les stratégies de survivance adoptées par les habitants de ces endroits (souvent confrontés à des sérieux problèmes économiques et sociaux) qui se manifestent par exemple par le commerce ambulant et informelle dans la ville, comprennent despatrons de comportement et des stimuli diverses, comparables à ce que l'on retrouve dans la jungle péruvienne aussi bien dans les endroits complètement sauvages que dansles petits villages ruraux. On retrouve ici donc une majeure diversité d'événements imprévisibles par rapport à celle que l'on retrouve dans des endroits sujets d'un contrôle plus stricte et pourtant soumises à un mineur indice de chaos, au moins en apparence.
Cette type de relations m'ont emmener à intituler les pièces avec des mots et des phrases qui font allusion aux deux réalités: celle de la jungle et celle de la ville. Ce le cas de Marañon, le nom à la fois d'une rivière torrentielle de la jungle et d'une dangereuse rue du El Rimac.
J'ai trouvé que le rythme et la dynamique, qui accompagnent mon passage journalier àtravers certains endroits, ont influencé mon travail malgré le fait un peu paradoxale d'avoir utilisé des procédures de composition algorithmique par ordinateur. L'effet psychoacoustiqueet le traitement au niveau du temps et de l'espace des textures sonores résultantes est en quelque sorte une conséquence des écoutes conscientes etinconscientes des ambiances de Yarimaguas et de mon quartier. Dans mes voyages/transits par les deux endroits (ville/jungle), je participe à des événements avec des caractéristiques communes, quand j'avance pas à pas dans la forêt/rue et quand j'arrive aux rues/rivières je peut percevoir des cycles et des processus avec des patrons similaires, qui se manifestent dans les pièces pas comme une reproduction par moyen de prises sonores, mais comme une émulation des dynamiques organiques du phénomènesonore lui même.

La manque d'une formation conventionnelle dans le domaine de la compositionalgorithmique et le fait d'être constamment à l'observation de phénomènes dans la vie m'ont emmené à prendre certaines attitudes au moment de composer, de méta-composer(dans le cas de la programmation) d'improviser, d'écouter et tout simplement de vivre, qui déconstruisent ma pre-conception du temps musical construit, lié à des archétypes et desparadigmes rationnels, privilégiant l'écoute directe de la réalité sonore et ce qu'elle peut en suggérer au dessus de tout. Tout ceci en évitant de tomber dans le jeu d'en chercherun "sens", c'est à dire une rationalisation de l'écoute en favorisant une organisation spontanée et non contrôlée.