Voiceless letters
électronique , Ensemble , saxophone
durée: 15:00
2010


Une des choses les plus importantes, dans mon langage musical, est l'expressivité qui conduit la musique, comme la fonction harmonique et les formes (sonate, lied, rondo, etc.) de la musique tonale. J'ai voulu savoir d'où vient l'expressivité de la voix humaine, et la transmettre en musique sans utiliser la voix en soi.

Voiceless Letters est basé sur mon mémoire en master à la Haute Ecole de Musique de Genève, et également sur ma recherche à l'Ircam, qui a pour but d'approfondir le rapport entre la musique et la langue, du point de vue du compositeur. J'ai essayé de rapprocher le sens subjectif et artistique, de l'aspect linguistique.

La pièce est structurée par le texte japonais du Xe siècle Kagero-Nikki, un journal littéraire, en utilisant une combinaison du monologue, du dialogue, et de la correspondance dont les lettres incluent aussi des poèmes. L'auteur Michitsuna no Haha (Mère de Michitsuna) écrivait des événements de sa vie en détail avec ses émotions. J'ai pris trois extraits du texte original qui montrent la transition de ses sentiments :

Introduction «Neutre»

I. «Tristesse» -> «Joie»

II. Mélange «Tristesse» et «Joie»

III. «Angoisse» et «Colère» -> «Calme» et «Tristesse»

Voiceless Letters est dédié à Carl-Emmanuel Fisbach.