Desplazados
4 ordinateurs , 4 performers , couvertures de survie amplifiées , électronique , midi drum pads , réseau de streaming vidéo
durée: 20'
2016

Cette pièce a été commandée en 2016 par l’Ensemble Vortex avec le soutien de la Fondation Nicati-DeLuze.
Il y a deux motivations esthétiques et politiques pour la composition de cette œuvre: les migrants, et l’aliénation du sujet contemporain par la technologie.
La couverture de survie, source sonore et instrument musical, permet de créer une image fragile. Un miroir de soi « en migrant », une musique enveloppante, une chorégraphie faite de tremblements. La transformation du son des couvertures de survie crée une évolution musicale qui part des frémissements pour arriver pro- gressivement à des masses sonores enveloppantes qui rappellent l’eau, la catas- trophe et l’urgence.
Un tableau ambigüe : s’agit-il de se mettre à la place du migrant ? Ou bien de se rendre compte que nous sommes déjà en train d’entamer notre propre abandon en tant que civilisation? L’homme au bord de la catastrophe reste impuissant, en transe devant la machine. Plus aucun contact entre humains, le seul lien qui reste : la température et le contrôle qu’ils subissent. Un groupe d’aliénés qui bougent en suivant les indications de leurs ordinateurs, transpirant sous leurs couvertures.
Outre les sons, il y a le jeu des images qu’arrive au climax de l’oeuvre. Des survi- vants tremblent. Leurs visages surveillés, filmés, sont reprojetés soudainement dans un flux vertigineux derrière eux. Ceci évoque la surcharge d’images dans notre monde contemporain, où l’on filme tout, où la temporalité est constamment manipulée, enregistrée, reproduite, et partagée jusqu’à devenir virale. Une mise en scène du côté obscène de l’image.

https://youtu.be/jb1XqkNjqKM