La Ciudades invisibles (I,II)
4 voix , violoncelle
durée: 06:00
2008

Dans Le Città invisibili, Italo Calvino instaure un paradoxe très intéressant entre deux manières d’«élaborer» une ville imaginaire. Le personnage de Kublai Khan a un modèle de ville consistant en une évaluation de chaque chose en correspondance avec une norme, puis il se concentre sur les exceptions à cette norme dans le but d’imaginer les combinaisons les plus effectives. Le personnage de Marco Polo lui, a un modèle de ville fait à partir uniquement d’exceptions, exclusions, incongruités et contradictions, puis en extrayant quelques exceptions de ce modèle il arrive à créer une ville qui existe elle-même en tant qu’exception...

Cette pièce est ma collection de chansons dont les titres sont le nom de villes qui ne relèvent pas du souvenir mais de l’oubli même si elles auraient pu être imaginées par le personnage Marco Polo du livre de Calvino, elles ont une véritable localisation sur la carte de la Colombie. Cette pièce est une réflexion personnelle sur le temps, la mémoire ? et son inertie léthargique... Cette pièce présente les deux premières parties d’un plus large projet pour la voix :

I. Mapirupán II. Bojayá

Loading player