Liquid Carillon Dreams
2 violons
durée: 10:00
2016

Depuis un moment j’explore le phénomène de l’hétérophonie comme une manière
de multiplier les voix mélodiques sans avoir recours à une harmonie supplémentaire superposée. La formation de deux violons, par leur timbre et tessiture identiques, est parfaitement capable de créer cette illusion de dédoublement en produisant une pâte sonore unique et dense.
Le premier mouvement, Carillon, sonne comme son nom l’indique, comme un jeu de cloches. Jouée presque exclusivement sur les sons harmoniques possibles au violon, la musique explore une gure descendante qui évolue par transformation progressive et imperceptible en une ascendante, comme dans l’art de M.C.Escher. Ce carillon hypnotique et obsédant change de mode à chaque nouvelle note trouvé dans l’aigu, propulsant la musique dans des territoires de plus en plus hallucinatoires. Une image de cloches psychédéliques devenant liquides, daliesques et folles a hanté mon esprit pendant le temps d’écriture de la pièce.
Le deuxième mouvement, Dream, reprend l’une des gures au milieu de l’évolution première. Ce motif en zigzag agit comme un point d’arrêt dans la forme. Il oblige la musique à redescendre en tessiture et pro te de la qualité microtonale des harmoniques naturels pour créer des harmonies à la fois simples et étranges.
Le troisième et dernier mouvement, Liquid, développe un élément rythmique omniprésent au premier mouvement : des variations du motif de clave, base de beaucoup de musiques d’Amérique Latine. De l’idée de cloches reste le jeu en alternance et un caractère obsessionnel et hypnotique, apparenté maintenant à une danse affolée et sauvage.
La pièce est écrite à l’intention de Rada Hadjikostova-Schleuter et Patrick Schleuter, deux amis et personnalités musicales qui enchevêtrent leurs vies pour jouer une mélodie unique.