Fragment sur l'Orestie
clarinette , violoncelle
durée: 08:00
2008

L'oeuvre est fondée sur un fragment de l'Orestie d'Eschyle. Plus exactement la fin de la troisième partie de la trilogie: Les Euménides. Le fragment porte précisément le titre de Fragement sur l'Orestie car les Euménides ne sont pas concernées dans le récit sélectionné. Le texte est une traduction en langue française de Charles Leconte de Lisle. Toutefois, le texte a été adapté, rogné, réorganisé et modifié par Samy Moussa afin de modifier l'issu de la scène.

« Cet homme est absous de l'accusation de meurtre ; les suffrages sont en nombre égal des deux côtés. » Cette déclaration d'Athéna lors du procès d'Oreste déclencha les foudres des Érinyes : selon celles-ci, justice n'avait pas été rendue. Le fragment débute exactement après cet incident et a lieu dans un tribunal.

Alors que dans le texte original, les Érinyes finissent pas être convaincues de la probité et de la rectitude du procès par Athéna, dans la version utilisée, le conflit ne se résorbe pas. Ce chagrin, ce sentiment de trahison et de défaite précipitera la mort d'une Érinye qui meurt sous le regard insensible d'Athéna.

Au niveau musical, l'oeuvre est basée sur un nombre très limité de gestes et d'éléments afin de permettre à l'auditeur de les garder en mémoire. Bien que les deux rôles du fragment soient pour soprano, l'écriture vocale est très différente. Alors que le rôle d'Athéna utilise une expression plutôt authoritaire et mélodique, le rôle de l'Érinye exploite une expression nerveuse et extrême.